Le Périgord

Le Périgord (Peiregòrd ou Perigòrd en occitan), Peirigord en périgourdin est le nom du comté qui recouvrait l'actuel département français de la Dordogne, dans la région de l'Aquitaine. Le département de la Dordogne est essentiellement rural et marqué par un large patrimoine culturel, archéologique et historique.

Le nom «  Périgord  » vient du peuple gaulois des Pétrocores, Petrocorii en gaulois ce qui veut dire le Peuple des «  Quatre armées  » mais son histoire remonte à la nuit des temps.

Notre région et, notamment, la vallée de la Vézère où nous nous situons, entre Montignac et Limeuil furent habitées particulièrement tôt.  Cette occupation précoce résulte de différents facteurs favorables.

Tout d'abord, au cours de l'ère quaternaire, les caractéristiques climatiques de la vallée permettaient à de nombreux troupeaux de cerfs, de bisons et d'autres herbivores de vivre sur le territoire. Ces troupeaux fournissaient à l'homme la nourriture et les vêtements nécessaires pour lutter contre le froid (fourrures et peaux).

La vallée est, par ailleurs, jalonnée d'abris sous roche et de grottes patiemment creusés dans les calcaires par l'érosion.

Ces cavités naturelles représentaient autant de sites propices à l'installation humaine.

Enfin, les ressources en silex, qui sont ici particulièrement importantes, ont permis le développement de la chasse.

Ces différents éléments ont favorisé une implantation durable de l'homme dans la région. Le nombre et la qualité des sites préhistoriques en témoignent aujourd'hui.Le Périgord Noir, berceau des premières cultures d'Europe occidentale, présente de nombreux vestiges, comme les grottes de Lascaux ou l'abri de Cro-Magnon.

Après la guerre des Gaules, le territoire devint l'une des cités de la province romaine d'Aquitaine avec pour capitale Vésunna.

Les invasions des Alamans et des Francs ravagent la région et en 507 l'Aquitaine tombe aux mains des Francs, qui sous la conduite de Clovis conquièrent la Gaule. Au 9ème siècle les vallées de l'Isle et de la Dordogne sont dévastées par les Normands qui brûlent les églises et saccagent les monastères.

Au 10ème siècle, les quatre baronnies du Périgord se mettent en place: Mareuil, Bourdeilles, Beynac et Biron.

L'histoire retiendra  ce bon mot d'un chroniqueur de l'époque : Pourquoi n'y a t'il toujours eu que 4 baronnies en Périgord ?

Tout simplement  parce qu'il ne fallait que 4 barons pour tenir le  dais lors de la venue d'un évèque, d'un archevèque ou d'un prince !

Au 12ème siècle, les abbayes de Cadouin, Sarlat, Boschaud et Chancelade sont fondées.

A la suite du mariage d'Aliénor d'Aquitaine en 1152 avec Henri II Plantagenêt, le Périgord passe sous domination anglaise. En 1259, le traité de Paris, par lequel Saint Louis reconnait la possession de la province aux Anglais, met fin aux luttes incessantes entre les deux royaumes et va permettre aux populations de la région de vivre en paix jusqu'à la guerre de Cent Ans. Cette possession fut confirmée par le traité de Brétigny (1360), avant que le Périgord ne soit repris par Duguesclin. Pendant toute la période qui suit, les seigneurs du Nord du Périgord sont fidèles au roi de France, tandis que ceux du Sud prennent le parti des Anglais. En 1453, la bataille de Castillon met fin à la guerre de Cent Ans. Au 17ème siècle, les Croquants se révoltent contre le gouvernement de Louis XIII et de Richelieu qui les taxe de plus en plus.

En 1790, à peu près dans les mêmes limites que le Périgord, la Constituante crée le département de la Dordogne, puis fixe les limites des communes, cantons et arrondissements. Depuis la fin du 19ème siècle, la région connait une émigration rurale permanente. L'agriculture et le tourisme sont les ressources essentielles du département.Le département de Dordogne Périgord est le 3ème département le plus vaste de France. Ses paysages sont variés  et  ceux du  Nord sont très proches de ce qu'on voit en Limousin, ceux du Sud sont très ouverts et semblable aux terres du Bordelais et de l'Agenais. L'Est du département hésite entre Quercy et Causses Correziens, l'Ouest s'ouvre sur les plaines Charentaise vers l'Océan Atlantique. Le Périgord est aussi le 3ème département le plus boisé de France. Le département  possède 9 "plus beaux villages de  France" ce qui le place en seconde position derrière l'Aveyron qui en possède 10.

Les saisons

L' Automne en Périgord

C'est le retour des moments essentiels. Le raisin est mûr, il faut commencer les vendanges, les canards et oies sont mis en gavage. On affute les couteaux, l'époque des conserves commencera bientôt. On ramasse les châtaignes, on cherche les cèpes, les girolles, la forêt nourrit son monde depuis des siècles.

L'Hiver en Périgord

C’ est l'époque ou l'on tue le cochon, les canards et oies. C'est le moment des conserves, des repas de famille. Le temps aussi ou l'on part à la récolte des truffes, le moment des marchés au gras, des soirées au coin du feu, des châtaignes grillées et du vin nouveau.

Le Printemps 

Lorsqu’il commence à montrer le bout de son nez, les Périgourdins s’affairent dans les jardins. Le réveil de la nature est un enchantement pour les yeux. Les premiers touristes commencent à emprunter nos routes.

L'Eté  

Les marchés de nuits battent leur plein. Ceux de jours attirent des foules nombreuses  : habitués, vieux Périgourdins de souche et touristes français et étrangers s’y côtoient joyeusement. Les rues des villes et villages sont noires de monde. Tout le monde sort, il y a tellement de manifestations à cette saison. Les repas entre amis sont une occasion de goûter aux conserves faites durant l'hiver. On prend le temps de vivre  !

Géographie

Au nord : le Périgord vert (autour de Nontron, et vers le sud-ouest de Châlus en Limousin), dont la couleur est associée à celle des forêts de chênes clairs et de châtaigniers qui s'y trouvent et, terres humides obligent, des prairies. Géologiquement, c'est la partie granitique de la Dordogne, qui appartient au Massif central.

Au sud-est, le Périgord noir (autour de Sarlat-la-Canéda), historiquement la plus ancienne appellation des quatre, le noir désigne les forêts de chênes dits verts mais en réalité très sombres et les truffes si célèbres et convoitée.

Au sud-ouest, le Périgord pourpre (autour de Bergerac), cette appellation est la plus récente (1970). Elle est due à l'expansion du tourisme, le pourpre rappelant la couleur des feuilles de vigne à l'automne. Autrefois le Bergeracois faisait partie du Périgord blanc.Au centre et nord-ouest, le Périgord Blanc (autour de Ribérac et Périgueux) dont le nom rappelle la couleur du sol calcaire de cette région. Les grands champs de céréales lui ont donné le surnom de grenier du Périgord.

Aujourd'hui, le Périgord noir où nous nous situons (au Bugue plus précisément), se singularise par l'exceptionnelle richesse de son patrimoine historique, architectural et gastronomique. Il concentre en effet, plus de 60 sites préhistoriques d'une renommée internationale.

Avec plus de 352 monuments classés ou inscrits à l'inventaire des Monuments Historiques, il représente la deuxième concentration la plus importante en France après la ville de Paris. 

Enfin, la gastronomie périgourdine reconnue dans le monde entier, s'est construite autour de la truffe et du foie gras. Ce pays, baigne dans une culture occitane dont l'influence se fait encore sentir.

Une architecture typique 

Le patrimoine bâti, fait intervenir de nombreux savoir-faire ainsi que les matériaux locaux. Issu de la culture populaire, il est toujours en adéquation avec le paysage.

Les ferronniers, tailleurs de pierre, lauziers, menuisiers et autres charpentiers ont tous des traditions et une culture occitane séculaire. Ils sont à l'origine de cette architecture qui se veut avant tout robuste et fonctionnelle.

Les calcaires crétacé (ocre jaune) et jurassique se délitent en dalle (lauzes) ou en pierre de taille. Les toitures de lauzes ponctuent et singularisent le paysage du Périgord Noir. Inclinées à 45°, elles ont un poids variant de 500 à 800 kg par m², ce qui implique des murs porteurs imposants et donc des bâtiments trapus. Ce mode de construction est ici pratiqué depuis le Moyen Age, il a perduré jusqu'à nos jours. Actuellement douze lauziers pratiquent encore sur le canton de Sarlat.

Outre son artisanat, le Périgord est célèbre pour sa gastronomie et les fruits de son terroir, comprenant  :

la truffe noire ;

le foie gras ;

les vins de Bergerac

(13 AOC dont Monbazillac, Pécharmant...) ;

le papitou

(pâté composé à 30  % de foie gras de canard) ;

les confits ;

la sauce Périgueux ;

les pommes de terre «  sarladaises  » ;

les terrines ;

les fruits :

pommes, fraises du Périgord (IGP), noix du Périgord (AOC)  ;

le cèpe ;

la châtaigne :

fruit emblématique et indissociable de l'histoire du Périgord.

Vous l’aurez donc compris, notre région vous comblera et vous accueillera les bras ouverts afin de vous faire découvrir toutes ses beautés et ses mets si gourmands.

En Périgord, il est important pour nous de transmettre notre culture aussi bien patrimoniale que celle du bien manger.